Passé le premier choc après l'annonce des résultats officiels, réfléchissons un peu et ne nous laissons pas manipuler.

-le score de l'extrême-droite n'a malheureusement rien d'exceptionnel. Rappelons quelques chiffres: 0,75% en 1974, 14,39 et 15% en 1988 et 1995 (merci qui?), mais en 2002 16,86 pour le FN  auxquels il faut ajouter les 2,34 de Bruno Mégret= 19,20% . Mme Le Pen est donc avec ses 18,01% en-dessous de ce chiffre malgré la promotion inouïe dont elle a bénéficié pour faire écho à une campagne plutôt mauvaise. Grande gueule et idées courtes, elle a fait à plusieurs reprises la preuve de sa très mauvaise connaissance des dossiers et des incohérences de son "programme" qui se limite essentiellement à la désignation de l'étranger (immigré, Europe, monde) comme source de tous les maux. Cependant, depuis des mois des micros et des caméras complaisants se tendent pour saisir ses érucations qui font de l'audience et Nicolas Sarkozy lui a déroulé le tapis rouge en reprenant à son compte les thèmes les plus nauséabonds de ses discours (exemple le 5 mars: "Le premier sujet de préoccupation et de discussion des Français, c'est cette question de la viande halal"). Croyant récupérer des voix, il a en réalité fait la campagne du FN en banalisant ses obsessions racistes et xénophobes. Le Front de Gauche a toujours pris pour cible le discours dangereux et trompeur du FN et JL Mélenchon a rappelé hier que nous nous sentons parfois bien seuls sur ce terrain. Nous allons poursuivre notre effort de dénonciation, montrer la réalité du FN, faire oeuvre pédagogique auprès de ceux qui ne sont peut-être pas tous (du moins on l'espère) aveuglés par la haine de l'autre.

-le score du Front de Gauche: portés par la griserie des extraoprdinaires rassemblements autour de notre candidat, grands moments de fraternité de la gauche radicale qui se retrouvait enfin, nous avons cru aux sondages qui ont, une fois de plus montré leurs limites. En attendant des analyses plus poussées des résultats, regardons tout de même le chemin parcouru : il y a quelques mois, des "observateurs" goguenards nous créditaient de 3 à 4 % or nous avons atteint nettement notre objectif initial d'un score à 2 chiffres. On ne peut plus nous ignorer malgré certains commentaires prétendant que "Marine Le Pen a désintégré JL Mélenchon". Et bien non, nous sommmes là et bien là, nous avons su créer une dynamique qui redonne ardeur et courage à de nombreux citoyens écoeurés par le manque d'écoute des politiques. Nous avons bien l'intention de continuer notre combat pour rendre la parole confisquée au peuple et notamment au peuple de gauche, les élections législatives à venir nous en donneront l'occasion. En attendant, nous sommes tous conscients que le 6 mai doit voir la défaite sans appel de la droite.

On ne lâche rien les amis!

Mireille Ausécache

 PS. On continue la lutte en musique: HK & les Saltimbanks, "On lâche rien" sur You Tube et en dessins http://2012.pcf.fr/dessin ("Marine Le Pen amène le pire" et Argumentaire anti FN)