Qui a dit? Voici l'extrait d'un ouvrage. Quels en sont l'auteur et le titre?

"La fraction de la bourgeoisie qui dominait et légiférait avait un intérêt direct à voir l'Etat s'endetter. Le déficit était l'objet propre de la spéculation, la source principale d'enrichissement. Au bout de quatre ou cinq ans, on faisait un nouvel emprunt. Chaque nouvel emprunt fournissait à l'aristocratie financière une occasion nouvelle de duper l'Etat, artificiellement maintenu sous la menace d'une banqueroute. Il devenait nécessaire de traiter avec les banquiers dans les conditions les plus défavorables. Chaque nouvel emprunt permettait en outre de piller le public qui place ses capitaux en rentes sur l'Etat et de le dépouiller par des opérations de Bourse dont le secret était abandonné au gouvernement et à la majorité".


Réponse: 


Il s'agit d'un extrait de l'ouvrage de Karl Marx, La lutte des classes en France de février à juin 1848. Plus d'un siècle et demi après, la similitude de situation est frappante. Quand on rappelle en outre qu'une grande partie du déficit des finances publiques est le fait d'un déficit de recettes dû aux cadeaux fiscaux octroyés à ces mêmes capitalistes, les appels à la rigueur et aux mesures d'austérité deviennent inadmissibles.

Mireille Ausécache