... voilà le choix qui est proposé aux électeurs castels pour les prochaines législatives par les 2 candidats se réclamant de la "majorité présidentielle". L'un joue la carte "people" en faisant appel à toutes ses relations à grand renfort de photos "moi avec mon ami le-la ministre..." et veut encore renforcer l'influence politique des écologistes déjà hors de proportion avec leur poids électoral. Quant à l'autre, s'adressant en priorité aux élus sur lesquels il exerce une indéniable influence grâce à ses nombreux mandats, il livre dans un tract sa conception très particulière de la démocratie politique: " Aujourd'hui, notre circonscription a besoin d'un député de la majorité présidentielle. Il sera mieux placé pour être entendu, écouté, reçu dans les Ministères et les Institutions pour y plaider...". Quelle conception de la vie politique: le député agissant comme un super-conseiller général soucieux d'obtenir des avantages et des privilèges pour son fief, courbettes et brosse à reluire garanties pour être "bien vu de ses amis en haut lieu" pour la bonne cause bien entendu!!!

On en a assez du clientélisme, des combines et des copinages!

Même si les voix du Front de Gauche ont été déterminantes dans l'élection de François Hollande, il ne semble pas que nous fassions partie de la "majorité présidentielle": la volonté hégémonique du PS est démontrée une fois de plus, ils veulent la majorité absolue sans tenir compte des autres composantes de la gauche. Il leur faut des députés à la botte pour pouvoir mener une politique sans discussions ni contre-propositions. C'est très inquiétant car si le PS déçoit une fois de plus les Français il y beaucoup à craindre pour l'avenir social et politique de notre pays.

Nous disons qu'une gauche radicale est indispensable pour garantir le changement auquel aspirent tous ceux qui souffrent des conséquences de la politique menée par la droite. Il faut des députés qui pèsent sur les débats à l'Assemblée Nationale, sur les lois qui y seront votées pour sortir de la crise. Certaines propositions du Front de Gauche ont déjà été partiellement entendues : "coup de pouce" au SMIC, annonce d'une hiérarchie des salaires dans les sociétés du secteur public et de sanctions financières en cas de licenciements boursiers. Il faut continuer à pousser dans le bon sens, constituer un groupe important d'élus du Front de Gauche qui seront autant de relais des mobilisations populaires, des luttes, des Assemblées populaires que nous continuerons à réunir.

A vous de faire les lois avec les députés du Front de Gauche!

Mireille Ausécache