Du  vote « utile »

Il semble aux naïfs, que certains persistent à être, que la démocratie ne peut être bâtie sur la loi du plus fort. Le principe majoritaire ne réclame pas l’écrasement des diverses sensibilités et la négation des divergences. A ce titre, il me semble que le vote utile est celui qui permet de faire progresser le débat politique dans un nouveau contexte en principe plus favorable à la concertation et à la confrontation constructive des idées. La situation du pays nécessite le vote de lois volontaristes et audacieuses que l’on peut difficilement attendre d’une Assemblée  majoritairement rose pâle.

Enseignante au Collège Jean Rostand de 1978 à 1985 puis au Lycée La Fontaine de 1985 à 2003, j’ai évidemment apprécié (comme la plupart d’entre vous sans doute) le changement de ton du discours présidentiel sur les enseignants et le monde éducatif. Mais ne nous arrêtons pas au symbole et examinons les faits à partir de quelques exemples. Les propositions du candidat Hollande vont dans le bon sens mais semblent assez timides au regard des destructions opérées depuis 10 ans dans notre secteur. La création annoncée de 60 000 postes en 5 ans est-elle à même de compenser les 80 000 postes supprimés ? L’indispensable baisse des effectifs de classes, le travail en petits groupes ne sont donc toujours pas à l’ordre du jour. Dans l’enseignement supérieur, il est seulement question d’aménager la loi LRU (Libertés et responsabilités des universités) qui, en introduisant des financements privés dans certains « pôles d’excellence », instaure la concurrence entre les établissements et renforce l’inégalité entre les étudiants. Pour la prochaine rentrée, même si, pour citer le SNES, il y a un « changement de ton au Rectorat », rien n’est vraiment clair quant aux menaces de fermetures de classes et même d’écoles programmées par l’ancien gouvernement. Même attentisme pour la fermeture prévue de services d’urgence à l’hôpital : l’annonce du report d’un mois de la décision de l’ARS montre bien que les résultats des prochaines élections pèseront sur les prises de décision. Le PS, qui voudrait avoir seul la majorité absolue à l’Assemblée Nationale, attend pour savoir jusqu’où il pourra ne pas aller en fonction du poids d’une gauche plus radicale, celle du Front de Gauche. Le vote utile c’est de faire entendre la voix de cette force politique dont la dynamique fédère de plus en plus de citoyens venus d’horizons divers, celle qui a permis, par le report massif de ses voix, la victoire de François Hollande.

Bon courage à tous pour cette fin d’année scolaire en espérant une rentrée marquée par un véritable changement.

 

Mireille Ausécache

Candidate du Front de Gauche (Vème circonscription de l’Aisne)