En donnant une avance certaine à la gauche socialiste, les électeurs ont montré qu'ils entendaient confirmer leur rejet de la droite et conforter le projet présidentiel. Cependant, trop nombreux sont ceux qui, désabusés et renvoyant dos à dos gauche et droite, ne se sont pas déplacés pour voter. D'autres encore, trop nombreux également, ont porté leurs voix sur le parti de la haine et du mensonge. Cela amène à se poser bien des questions sur le fonctionnement de nos institutions, sur la présidentialisation du régime qui occulte de plus en plus le rôle, pourtant fondamental, du Parlement et notamment de l'Assemblée Nationale. L'inversion du calendrier électoral, en renforçant encore la médiatisation de l'élection présidentielle, a également largement contribué à cette dérive. L'Assemblée qui sera élue dimanche devra travailler sérieusement sur ces questions pour redonner du sens à la vie politique nationale. Il faut donc clairement élire une majorité qui s'engage sur la voie de ce changement et c'est le sens de l'appel qui suit en ce qui concerne notre circonscription.

Communiqué de Mireille Ausécache et Claude Grelot, candidats du Front de Gauche, Vème circonscription de l’Aisne.

 Nous remercions chaleureusement les 2115  électrices et électeurs qui ont porté leurs suffrages sur notre candidature pour le premier tour des élections législatives. Il s’agit maintenant d’évincer la représentante de la droite sarkoziste, d’écarter le danger d’extrême-droite, de donner une majorité de gauche à l’Assemblée Nationale. Pour cela nous appelons les électrices et électeurs qui nous ont fait confiance à reporter leurs suffrages sur le candidat de la gauche arrivé en tête au premier tour dans notre circonscription.

Avec le Front de Gauche nous appelons les citoyennes et citoyens à se mobiliser pour la mise en œuvre urgente d’une véritable politique de gauche répondant aux besoins du peuple de France.

                                                                       Mireille Ausécache, candidate; Claude Grelot, suppléant

L'appel à la mobilisation citoyenne n'est pas un slogan creux, les choses ne pourront réellement progresser que si les citoyens s'emparent du débat politique et pèsent sur les décisions que prendront leurs élus, tenus de les informer clairement et de leur rendre des comptes. L'Assemblée Nationale doit retrouver son rôle, le débat sur les institutions ne doit pas être "oublié" lors de cette nouvelle mandature. Vive la VIème République!

Mireille Ausécache

18 mars 2012 à la Bastille le 18 mars 2012 à la Bastille