Les députés du Front de Gauche se sont abstenus lors du vote de confiance au Gouvernement Ayrault. André Chassaigne, le président du groupe parlementaire, a déclaré qu'il s'agissait là d'un "vote tranquille pour essayer de montrer à quel point le gouvernement fait fausse route". Certaines des décisions déjà prises ne vont effectivement pas dans le bon sens et surtout ne répondent pas aux attentes exprimées par les électeurs qui ont clairement rejeté la politique destructrice de la droite.

Le "coup de pouce" de 0,6% octroyé généreusement aux 2,5 millions de salariés qui touchent le SMIC a peu de chance d'améliorer réellement leur quotidien malgré les affirmations assez scandaleuses du ministre du Travail qui qualifie "ce pouvoir d'achat supplémentaire" de "réel" et même de "substantiel"!!! Rappelons pour mémoire que Ségolène Royal, candidate socialiste à la présidentielle de 2007, affirmait vouloir porter le SMIC à "1500 euros le plus tôt possible dans la législature". Le SMIC est donc porté à 1120 euros nets par mois ce qui n'aura certainement pas un effet de "relance par la consommation" quoi qu'en dise le ministre parlant d'une "revalorisation raisonnable, conforme à l'intérêt de notre économie".

Autre déconvenue de taille: le candidat F. Hollande s'était engagé à exiger la renégociation du Traité Sarkozy-Merkel, le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG). De fait, pas de rénégociation mais la "satisfaction" d'avoir obtenu un "Pacte pour la croissance et pour l'emploi" annexé au Traité.  Sans aucune valeur de contrainte, il n'est que la reprise de grandes orientations déjà envisagées auparavant...

Pas de changement notable non plus au Ministère de l'Intérieur où, de l'avis du Réseau Education Sans Frontières, Manuel Valls marche dans les traces de Claude Guéant poursuivant expulsions, rétentions de lycéens, "chasse à l'enfant"...

L'austérité qui ne dit pas son nom touche tous les ministères qui vont devoir effectuer une réduction de 2,5% de leurs effectifs entre 2013 et 2015 et diminuer leurs dépenses de fonctionnement et d'intervention de 7% en 2013!  Sont annoncées des mesures moins drastiques pour l'Education, la Justice et l'Intérieur. Il y a donc beaucoup à craindre dans les domaines de la santé, des transports, du logement, de la culture... Quant à la protection de l'environnement, l'éviction de Nicole Bricq sous la pression des lobbies pétroliers est un bien mauvais signal.

Non, décidément ceux qui veulent un véritable changement ne peuvent se satisfaire de ces orientations. Non l'austérité n'est pas la solution, bien au contraire elle aggrave les problèmes. Pas de vacances pour les mauvais coups qui risquent fort de s'accumuler durant l'été, il faut rester mobilisés et vigilants mais aussi prendre des forces pour les luttes à venir!

Mireille Ausécache