pas pour tout le monde apparemment...!  Et, en effet qui a à se plaindre dans certains milieux? Cet été, le CAC 40 a battu des records de hausse. Les spéculateurs se frottent les mains en pensant aux dividendes à venir. Dans le même temps, des millions de familles voient leur pouvoir d'achat se réduire un peu plus. Notre pays est riche mais les inégalités progressent. L'augmentation des richesses produites et de la productivité servent à augmenter les profits d'une minorité et non à améliorer la vie du plus grand nombre. Les avis d'imposition arrivent en ce moment et nombre de ménages qui étaient exonérés auparavant sont maintenant durement touchés par le gel des barêmes (initié sous Sarkozy mais maintenu depuis). La "réforme" des retraites à la sauce PS entérine les régressions de 2003 et 2010 dues à l'UMP. Le découragement gagne notamment chez tous ceux qui attendaient le "changement" promis. C'est pourtant grâce à la mobilisation que nous pourrons infléchir les orientations politiques à venir qui doivent absolument marquer un tournant sous peine de catastrophe sociale et politique.

Fête de l'Huma

 

 

vive la gôche

La première date à retenir pour cette indispensable mobilisation, la plus large possible, est celle du 10 septembre, journée de mobilisation à l'appel de la CGT, FO, FSU contre le projet gouvernemental sur les retraites. Deuxième moment fort de la mobilisation pour une autre politique : la Fête de l'Humanité, les 13-14-15 septembre à la Courneuve, évènement oh combien festif mais aussi l'occasion de recharger ses batteries militantes grâce aux rencontres, aux débats si riches et chaleureux. Un car partira le dimanche 15, à 8h,  de la Place des Etats-Unis à  Château-Thierry. Il ne faut pas rater cette occasion de se remonter le moral!!! 

Et le moral, ça se cultive comme le montre cette image pleine d'optimisme, empruntée au site de la coordination du Front de Gauche de l'Aisne récemment créée: F2G2-Que le peuple s'en mêle! hautement recommandable à qui veut être informé de l'actualité du FDG axonais.

Mireille Ausécache

retraites