Le poète chilien est mort le 23 septembre 1973, quelques jours après l'assassinat de son ami Salvador Allende lors du coup d'état de Pinochet. Diplomate et écrivain, participant en Espagne aux rencontres du cercle poétique de la "génération de 27" avec Federico Garcia Lorca, adhérent du Parti communiste chilien en 1945, candidat du PC pour l'élection présidentielle de 1970 il se retire pour permettre l'élection de Salvadore Allende, candidat unique de l'Unité populaire. Prix Nobel de littérature en 1971, il nous laisse une oeuvre immense chantant notamment la liberté des hommes.

Je veux vivre dans un pays où il n'y a pas d'excommuniés. 

Je veux vivre dans un monde où les êtres seront seulement humains, sans autres titres que celui-ci, sans être obsédés par une règle, par un mot, par une étiquette.

Je veux qu'on puisse entrer dans toutes les églises, dans toutes les imprimeries.

Je veux qu'on n'attende plus jamais personne à la porte d'un hôtel de ville pour l'arrêter, l'expulser.

Je veux que tous entrent et sortent en souriant de la mairie.

Je ne veux plus que quiconque fuie en gondole, que quiconque soit poursuivi par des motos.

Je veux que l'immense majorité, la seule majorité: tout le monde puisse parler, lire, écouter, s'épanouir. (J'avoue que j'ai vécu)

Neruda-AllendeLa voix du poète est toujours vivante et d'une dramatique actualité, écoutons la.

Mireille Ausécache