Cette année encore, à Château-Thierry, le Conseil Régional de Picardie à majorité socialiste a choisi de se faire représenter par un élu FN lors des cérémonies commémoratives de la victoire contre le nazisme. Et, de fait, ce sont deux élus FN qui ont procédé au dépôt de gerbe en un geste que beaucoup ont vécu comme une insupportable provocation. Quel mépris de la part du Conseil Régional pour notre territoire du sud de l'Aisne qui a pourtant élu deux conseillères régionales socialistes. Ont-elles démissionné sans que nous en soyons informés?

Ce 8 mai fut un dur moment pour ceux qui se souviennent que parmi les fondateurs du FN se trouvaient des collaborateurs notoires, très engagés aux côtés des nazis (Division Charlemagne, LVF...); ceux qui n'ont pas oublié non plus les "bons mots" nauséabonds du père et la valse sinistre de la fille au bal des néo-nazis viennois le 27 janvier 2012, date anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz!

Participer, de façon officielle et dans un moment particulièrement symbolique à la banalisation du FN est un acte grave. Non le FN n'est pas un parti comme un autre, nous l'avons toujours dit, écrit, répété et nous continuerons à combattre ses idées.

Ce rejet de l'extrême-droite s'est exprimé clairement dans le cortège de manifestants présents à Villers-Cotterets le 10 mai. Fr3 n'a voulu voir que "100 à 150 personnes" parmi lesquelles des représentants EELV ainsi que l'ancien maire socialiste de Villers et le député. Le décompte a minima des RG (360 personnes), les témoignages et les photos qui circulent donnent une autre ampleur et une autre couleur à ce rassemblement! En une telle occasion, la satisfaction est grande de voir différentes composantes de la gauche se rassembler mais cela n'empêche pas le questionnement. La victoire du FN dans de trop nombreuses communes n'est-elle pas le résultat des politiques menées tant sur le plan national que local? Promesses électorales (pourtant modestes) non tenues, dégradation de la situation économique et sociale, désespoir amplifié par la politique d'austérité, racisme conforté par les propos de l'ancien ministre de l'intérieur aujourd'hui premier ministre et localement, le rejet des méthodes de certains élus, c'est ce cocktail empoisonné qui a fonctionné.  

Porter une cravate rouge, défiler, prononcer de beaux et nobles discours ne suffira pas si ne s'affirme pas, de la part de tous ceux qui se réclament des valeurs de gauche, l'exigence impérieuse d'une autre politique. Nous sommes au pied du mur et seul un changement radical de politique peut aujourd'hui inverser la tendance et désarmer l'extrême-droite. Il est dérisoire et incohérent de crier au loup après lui avoir préparé sa tanière.

Mireille Ausécache

Pour les informations citoyennes sur Villers-Cotterets: http://www.villers-cotterets-citoyen2014.fr/

10 mai 2014 Villers-Cotterets 2

10 mai 2014 Villers-Cotterets