La réunion publique organisée par le PS de Château-Thierry le 25 avril n'avait pas trop mal commencé avec les interventions de Sylvain Logerot et Dominique Jourdain qui semblent bien chercher, pour le 6 mai, un consensus entre les forces de gauche en tenant compte de leur poids respectif dans l'électorat. Nous avons rappelé nos points de convergence mais aussi nos différences d'analyse quant à la politique à mener. Les vieux militants du PCF ont bien un peu rigolé en s'entendant donner des conseils pour le tractage et le porte-à-porte mais bon, l'ambiance n'était pas mauvaise. Mais est arrivée Madame Marie-Françoise Bechtel, la candidate MRC parachutée à Soissons au grand dam des socialistes et on peut les comprendre. Représentante d'un parti groupusculaire qui tire très bien son épingle du jeu électoraliste avec les instances nationales du PS (mais c'est leur problème), elle représente surtout un courant "de gauche" ??? dont le discours technocratique produit un effet désastreux. Une fois passée la nécessaire étape de décryptage du discours, il a bien fallu comprendre que, dans le camp de François Hollande, il y a des gens pour justifier le Mécanisme Européen de Stabilité destiné à protéger les "pays qui abondent" des dérives des autres pays, salauds de pauvres! Vive l'Europe sociale et solidaire!  On nous parle de renégociation des traités mais comment renégocier des traités que l'on a contribué à faire voter??? Non, décidément, ce type de discours ne passe pas et augure bien mal du "changement" annoncé. Les professionnels de la politique au discours bien rôdé, aux ambitions claires au regard de leur carte de visite et de leur parcours, éloignent les citoyens des affaires publiques ou les poussent vers d'autres rivages. Nous avons une autre vision de la politique qui doit être reprise en mains par les citoyens. Nous avons quitté la réunion afin d' éviter une polémique qui nous aurait détournés du but recherché pour le 6 mai: pas un vote ne doit manquer pour écraser la droite.

Mireille Ausécache